Accueil

Mission

Le Centre d’Intervention-Jeunesse des Maskoutains (C.I.J.M.)  est un organisme communautaire sans but lucratif qui a pour mandat le travail de rue sur le territoire de la MRC des Maskoutains, plus particulièrement dans sa ville-centre : St-Hyacinthe.

Notre mission est d’offrir aide, écoute, référence et accompagnement vers la ressource appropriée aux personnes de tous âges vivant diverses problématiques ou difficultés provisoires telles que ; la toxicomanie, la violence, la prostitution, les ITSS, l’itinérance, la santé mentale, l’isolement sociale, etc.

Par le biais de nos travailleurs de rue, nous tentons de rejoindre plus particulièrement les jeunes de 12 à 35 ans, de même que leur entourage immédiat, qui sont en rupture avec les services sociaux traditionnels et qui ont pour lieu d’appartenance la rue.

L’existence du Centre d’Intervention-Jeunesse des Maskoutains  permet de favoriser la présence d’intervenants qualifiés directement dans les lieux d’appartenance des personnes ciblées afin d’établir une relation de confiance, volontaire, confidentielle et respectueuse du rythme de la personne rencontrée.

Le travailleur de rue ne s’impose pas. Sa présence dans les divers milieux a pour objectif de briser l’isolement des personnes marginalisées et de rétablir un pont entre eux et les divers services sociaux traditionnels. Pour ce faire, le travail de rue mise sur une présence soutenue, un itinéraire établi (visiter les mêmes endroits plusieurs fois) et une observation-intégration du territoire respectueuse du rythme et des rites des personnes présentes. C’est un investissement à long terme, demandant beaucoup de temps et d’énergie.

Le travail de rue privilégie une approche globale et de réduction des méfaits qui remet la personne au centre de la démarche : les objectifs à atteindre son fixés par et pour la personne, et non par l’intervenant.

Outre l’écoute active et l’accompagnement dans les démarches, le travailleur de rue effectue de l’échange de seringues, de la distribution de condoms, de la sensibilisation face aux comportements sécuritaires, de la promotion de la santé, du dépistage et de la vaccination auprès de la population à risque (en partenariat avec les infirmières SIDEP). De plus, il transmet de l’information sur les diverses organisations pouvant répondre aux besoins des personnes rencontrées.

Historique

La création du Centre d’Intervention-Jeunesse des Maskoutains (C.I.J.M.) voit le jour après plus de deux ans de travail bénévole que monsieur Yvon Grenier fait avec les « moyens du bord ». Intervenant de milieu sur le territoire de St-Hyacinthe à l’époque, il fait en compagnie de membre de la population, une demande de charte pour fonder un organisme répondant aux besoins présents et non répondu sur la MRC des Maskoutains.

Ce nouvel organisme sans but lucratif sera un centre d’information, d’écoute, d’aide, de référence et d’accompagnement pour toutes les problématiques sociales rencontrées par les jeunes et leur entourage. Ceci, sans discrimination d’aucune façon.

Le 3 novembre 1994, le C.I.J.M. se voit enfin accorder les lettres patentes de l’inspecteur général des institutions financières.

Par son mandat, l’organisme chapeaute d’abord et avant tout le travail de rue. Il élargit ensuite ses services en offrant directement dans ses locaux : aide, référence et accompagnement personnalisé aux personnes souvent oubliés par le milieu. Il déménage ensuite dans de plus grand locaux en 1999 pour répondre aux besoins grandissant de ses usagers et offre : vaccination, dépistage, échange de seringues et distributions de condoms.

En 2005, l’organisme vit un grand deuil suite au départ précipité de son fondateur. Le décès de celui-ci ravive la volonté de rendre un service à l’image de sa mise en place et répondant aux besoins de la population la plus vulnérable.

Grandit de son expertise auprès de la population « marginalisée » du territoire, le C.I.J.M. accepte d’être porteur d’un projet local et concerté concernant l’hébergement d’urgence en itinérance. Le projet « LIT’inérance » voit le jour en 2009 afin de mieux répondre à la réalité itinérante maskoutaine et sera porter jusqu’en 2012 avant d’être transféré dans un organisme œuvrant en hébergement.

Finalement, c’est en 2011 que le C.I.J.M. prendra la décision de fermer son centre de jour faute de financement adéquat, pour se recentrer sur son mandat premier : le travail de rue sur le territoire de la MRC des Maskoutains.

 

dépôt de seringues Accès aux seringues stériles: Centres d’accès au matériel d’injection stérile (CAMI)

Les CAMI sont des endroits où les personnes qui s’injectent des drogues peuvent obtenir du matériel d’injection, des condoms, ainsi que des conseils de prévention et d’aide au besoin. Ces centres récupèrent aussi les seringues usagées. L’expérience montre clairement que la distribution de matériel stérile permet de réduire le partage de matériel de consommation de drogues et par conséquent, de réduire la transmission du VIH, de l’hépatite B et de l’hépatite C, sans pour autant encourager la consommation ou la criminalité.